vdcfr

Le Couvent Saint François de Pino

5/5 - 1 avis
San Francescu
5
1
177
r669ae6a596292
20
vdc
Publié le 05/06/2024 | Edité il y a 1 mois
San Francescu

500 ans d'Histoire du Couvent Saint-François (San Francescu)

C'est en 1486 que la décision fut prise à Rome par le Pape Innocent VIII, de bâtir le Couvent Saint-François à Pino qui verra le jour en 1495 précédant d'un siècle la construction de la tour de Scalu.

Couvent d'observantins qui pouvait accueillir jusqu'à une cinquantaine de Frères, il devint par la suite un couvent franciscain. Il servit également de refuge aux populations lors des razzia.

Un ordre menacé par la révolution, mais soutenu par les corses

En 1792, après la révolution française, la politique anti cléricale ordonne entre autres, la suppression des ordres religieux. A Pino, les habitants prennent la défense des Frères qu'ils accueillent au sein de leur maison le temps que les choses se calment, avant que ces derniers puissent réinvestir les lieux du Couvent. Près de 30 ans plus tard, et toujours hors la loi, sous la menace des révolutionnaires, les corses de la région se mobilisent en 1818 avec une pétition qui demande la restauration de l'ordre religieux. Elle sera signée par 158 personnes appartenant tant au clergé (prêtres) qu'au monde civil avec notamment le Maire de Pino, et les maires du Cap Corse, ainsi que des juges de paix. Une action que le gouvernement rejettera. Le dernier franciscain décéda en 1835.

C'est sous l'impulsion de la renaissance de l'Ordre Dominicain en France, initiée par Henri-Dominique Lacordaire - religieux catholique entré dans les ordres en 1840 - que les notaires, le maire et le curé de Pino remettent le sujet sur la table. À leur demande, un frère italien (Syrus de Vicopelago) vient prêcher le Carême en 1854, avant d'être nommé gardien du Couvent par le père Anselme Martinelli, prêtre de Toscane pour restaurer l’ordre de saint François sur l'île.

Le couvent réouvre à Pino comme ailleurs en Corse, notamment dans le Niolu et dans l'Alesani. Un répit qui durera jusqu'en 1880 et une nouvelle menace d’expulsion. Une fois encore, la mobilisation à Pino se dresse à nouveau à travers une pétition de notables contre la fermeture du couvent. Une action qui portera ses fruits et permettra au couvent de fonctionner jusqu'à la prochaine offensive de l'état.

En 1903, 2 ans avant la loi de séparation de l'Eglise et de l'état, alors que la communauté religieuse se compose d'une dizaines de membres dont fait figure le futur évêque auxiliaire d’Ajaccio (Augustin Giustiniani), les lois anticongréganistes (1901-1904) entraînent l’expulsion des franciscains et autres religieux français. Jetés en exil, certains trouvent refuge en Italie.

Il faudra attendre 1938 pour que le Couvent retrouve son fonctionnement. Son garden, Pierre-Baptiste Polverelli, connait bien les lieux, puisqu'il y a suivi ses études en théologie en 1902.

Du Couvent au Collège séraphique

Après des siècles d'offensives du régime post-révolutionnaire sur l'ordre religieux, c'est finalement l'avènement d'un nouveau monde, moins religieux et plus matérialiste, qui enclenchera une crise des vocations et plus généralement, du spirituel.

C'est dans ce contexte bien assimilé que les Frères de l'île décident en 1951 d'ouvrir un collège séraphique dans le désormais ancien Couvent de Pino.

L'établissement reste un établissement religieux, mais il devient un petit séminaire destiné à former des prêtres ou des frères au sein de l'ordre franciscain. Le collège séraphique accueillera jusqu'à 30 élèves en 1955.

Ce dernier fonctionnera jusqu'en 1972, date depuis laquelle, le Couvent est resté tel quel, et se délabre peu à peu, à la merci de conditions climatiques particulièrement éprouvantes, entre le sel des vents marins, l'humidité, et la chaleur estivale.

L'association U Cunventu

Pas tout à fait laissé à l'abandon, la volonté de sauvegarde du Couvent de Pino est aujourd'hui portée U Cunventu, association créée le 3 août 2004, qui a pour but de valoriser le patrimoine du village dans son ensemble, et dont le Couvent représente une partie importante.

Dans le Loto du Patrimoine

En 2018, les caméras de France 3 se sont tournées sur le couvent à l'occasion de l'émission de Stéphane Bern, Le loto du patrimoine. Les gains obtenus pour l'ensemble des sites retenus a permis de lancer tout un projet de restauration. Une opération de crowdfunding a par ailleurs permis de récolter la somme de 120 000 euros, ce qui a valu le 2e prix du mécénat par la Fondation du Patrimoine.

Le détail des travaux de restauration :

  • Partie nord : charpente et platelage : 200.000 €
  • Partie nord : charpente et platelage : 200.000 €
  • Partie ouest : toitures annexes pour : 300.000 €
  • Dernière partie des travaux de toiture : 90.000 €

Le Couvent Saint François en Vidéo - Olmu Production

Retrouvez le reportage d'Olmu Productions sur le Couvent Saint-François de Pino.

A découvrir dans la même région

Randonnées dans la région