vdcfr
  1. Activités
  2. Artisanat
  3. Ebénisterie
  4. Métier d'ébéniste
  5. Différences entre charpentier, menuisier et ébéniste

Différences entre ébéniste, menuisier et charpentier

5/5 - 2 avis
Différences entre charpentier, menuisier et ébéniste
5
2
21
r661cea8f87c15
14
vdc
Publié le 24/10/2017 | Edité il y a 11 mois
Différences entre charpentier, menuisier et ébéniste

Comment ne pas confondre les métiers d'ébéniste, menuisier et charpentier à la fois si proches et pourtant différents. Dans quel cas faire appel à un artisan ébéniste plutôt qu'à un menuisier? Découvrez tout ce qu'il faut savoir sur ces filières du bois issues du métier de charpentier

Des différences creusées par l'Histoire

Né du métier de charpentier avec lequel il se confondait autrefois, l'art de la menuiserie s'est distingué suite à la spécialisation dans le temps de ces artisans du bois. Quant à l'ébénisterie, elle constitue la troisième génération d'une même famille dont la frontière s'est élargie avec le temps jusqu'à nécessiter elle aussi un nom à part entière.

Charpentier, l'ancêtre des métiers du bois

Si l'on suit l'ordre chronologique de l'apparition de ces filières du bois, le travail de charpentier est le plus ancien. Il est en quelque sorte, l'ancêtre commun des métiers liés au travail du bois. On le trouve dans la Bible, avec le personnage de Joseph, voir de Noé, puisque le travail de charpentier ne se limite pas aux habitations, il peut aussi concerner la construction de bateaux.

L'origine du métier de charpentier remonte aux premiers habitats conçus par l'Homme. Le bois était le matériau naturel qui tenait la toiture, et ce dans la plupart des civilisations, de l'Europe aux Amériques en passant par l'Afrique. Qu'il s'agisse de tentes, de hutte ou de tipi, et bien qu'on utilisait des branchages plutôt que les poutres massives d'aujourd'hui, les constructions étaient techniques et répondaient notamment aux habitations de taille importante, mesurant parfois 12 mètres sur 20 mètres si l'on se fie aux traces d'une maison gauloise retrouvée dans l'Oise. L'ingénierie de la charpenterie est née de toutes ces techniques ancestrales.

On trouve par ailleurs des charpentes remarquables âgée parfois de près de 1000 ans, et qui tiennent encore aujourd'hui, le toit de ces édifices gigantesques que sont les Cathédrales comme celle de Notre Dame à Paris dont la charpente millénaire fut malheureusement ravagée par l'incendie du 15 avril 2019. Des savoirs-faire dont les techniques ancestrales restent parfois encore secrètes.

Vers la spécialisation du travail

La charpente destinée à soutenir la toiture n'est pas la seule construction liée au bois. On note également l'élaboration de planchers, et plus encore avec la construction de portes, de fenêtre ou de volets. On passe du gros oeuvre au second oeuvre, avec un tout autre savoir-faire, et un nouveau métier.

Menuisier, artisan du second oeuvre

La menuiserie fut en quelque sorte engendrée par la charpenterie. Elle même étant vaste et regroupant à une certaine époque, plusieurs types de menuisiers. Certains travaillaient dans la construction de mobilier, d'autres de sièges (chaises, fauteuils, méridiennes), ou encore de véhicules en bois de type charrette, calèche ou diligence.

Arrêté royal en 1382 pour différencier charpentier et menuisier

On peut dater précisément l'apparition du terme de menuisier sous Charles VI en 1382, date à laquelle un arrêté royal exigea que soient distingués à l'avenir le métier de charpentier de celui de menuisier, tant ces deux métiers de l'artisanat commençaient à se distinguer.

Ebéniste, créateur restaurateur de meubles

Apparu plus tardivement, le métier d'ébéniste date du Moyen-Âge bien que sa distinction du métier de menuisier fut bien plus tardive. La profession découle de ceux qu'on appelait autrefois les menuisiers en ébène. Il faudra attendre le XVIIe siècle en France pour qu'une place à part entière soit faite aux artisans ébénistes. Un nom tiré de l'ébène, essences de bois exotiques que l'on utilisait sur les meubles notamment pour faire du placage.

L'ébénisterie est un travail méticuleux, de précision qui concerne aujourd'hui la restauration de mobilier, mais aussi d'objets anciens comme des cadres de miroirs, des chaises, et tout autre objet d'époque fait de bois.

L'ébéniste qui est souvent menuisier de formation, apporte une touche artistique et raffinée au mobilier, qu'il peut créer lui même en tant que menuisier. Une fois le bâti réalisé, il entre alors dans son rôle d'ébéniste que comprend notamment le placage et tout un tas d'autres fonction annexes : sculpteur, doreur, vernisseur.

Des différences communément admises

Parties d'une même famille, le travail du charpentier, menuisier et ébéniste se recoupe sur certains points. A commencer par l'utilisation d'outils et machines pouvant être communs à ces 3 corps de métiers. On peut également noter un rapprochement plus prononcé entre la charpenterie et la menuiserie si l'on se réfère au nombre d'artisans menuisiers charpentiers. De même pour l'ébénisterie et la menuiserie qui vont souvent de pair.

Alors quelles différences permettent de distinguer ces métiers?

Aujourd'hui, il est communément admis que le charpentier désigne l'artisan qui s'affaire au gros oeuvre d'une construction en bois : charpente pour toiture, bardage, véranda, pergola, escaliers, mezzanine, construction de chalets, pose de parquet.

Le menuisier quant à lui se réserve au second oeuvre lié à la construction. Il va s'occuper de tout ce qui est portes, portes-fenêtres, cadres, fenêtres, volets. Dans l'agencement et le rangement, il conçoit également placards, dressing, étagères, bibliothèques.

Enfin, l'ébéniste se démarque de ses confrères puisqu'il va s'intéresser plus particulièrement à la création et la restauration de mobilier en bois, souvent d'époque. Il réalise également des menuiseries qu'il apprécie travailler. Parfois en association avec un tapissier, l'ébéniste peut concevoir ainsi des chaises avec assise en paille, des fauteuils, canapés en cuir ou tissu selon la demande. La frontière est fixée par l'artisan, ce qui est en revanche bien défini, c'est que l'ébéniste évitera tout ce qui attrait au bâtiment.